Après le décès, inventaire et vente

Avertissement
-
Pour en savoir plus sur les tissus consulter cette page : http://pioussay.wifeo.com/tissus-et-habits.php
- Pour en savoir plus sur les mesures de l'époque : http://pioussay.wifeo.com/poids-et-mesures.php
Il est facile d'ouvrir ces pages simultanément à celle-ci afin de s'y référer au besoin.


1691 Lugée
Inventaire des biens de feu Ellie Robert

Inventaire des meubles, titres et assignations tant délaissés par feu Ellie Robert que ceux appartenant à Renée Robert sa veuve, qu'appartenant à Jeanne Robert sa fille de son premier mariage et de Jeanne Poincet [...] sa femme.
Fait à la requête et à la prière de la dite Renée Robert veuve du dit feu Ellie Robert faisant fort pour Jean, Jacques et Marie Robert ses enfants et fille et du dit feu comme étant mère tutrice d'eux. Comme aussi fait à la requête de Jacques Poincet l'ainé et faisant pour Jeanne Robert mineure, sa petite fille et comme étant son curateur au cause d'icelle fille du dit feu Robert et de la dite Jeanne Poincet demeurant ; savoir, la dite Renée Robert au village de Lugée en la maison où est décédée le dit Robert son feu mary, et le dit Poincet au bourg de Pioussay, et ayant pris pour appariteurs pour apprécier les dits meubles Jean Rousselot marchand l'ainé et demeurant au village de Jouhé, et Jean Moinot aussi marchand demeurant au village de Courtanne, le tout paroisse de Pioussay.
Desquels j'ai pris serment en tel cas requis et lesquels ont promis de bien et en conscience de bien et fidèlement apprécier les dits meubles. Lequel dit inventaire a été fait par vertu de certaine commission de monsieur le sénéchal du marquisat de Ruffec, et signé Arnault greffier, et étant en date du premier jour du mois de mars dernier. Auquel dit inventaire à été vaqué ainsi qu'il suit.
2 mai 1691
- Premièrement: étant au dit village de Lugée en la première chambre où est décédé le dit feu ; la dite Robert sa veuve et la dite Jeanne Robert sa fille nous ont représenté, premièrement une table à repaitre ayant une méchante tirette par le dessous et deux tabourets moyens et appréciés quarante sols. Plus deux méchants landiers et sont avec une crémaillère et une grille appréciés onze sols. Plus un châlit neuf de bois de poirier, un lit avec son traversin de coutil de pays, plus de demi-neuf, avec une couverture de laine grise barrée de lamé noir, les garnitures ayant le tour de lit rouge et jaune, les garnitures étant de boullangat gris (boulangeat : droguet, étoffe faite avec de la laine et du fil, la couleur la plus générale de cette étoffe est blanche, d'où le nom de boulangeât), le dit châlit étant foncé dessous et dessus et apprécié le tout ensemble à la somme de vingt et une livres. Plus un méchant coffre de bois de chêne fermant à clef et pouvant tenir six boisseaux de blé mesure de Ruffec ou environ et apprécié quarante sols. Plus un grand cabinet ayant quatre armoires mi-neuf [...] trois armoires fermant à clef, et apprécié à douze livres et douze sols. Plus un autre coffre moyen et fermant à clef, pouvant tenir deux boisseaux et apprécié trente sols. Plus un autre vieux châlit, lit et traversin de plumes tel quel, une couverture de laine grise fort usée, la garniture de lit en toile avec sa frange grandement usée et aussi son fond de lit de toile, appréciés ensemble à dix livres. Plus une vielle maie à pétrir, trois méchants tamis et six méchantes palisses avec un méchant marchepied qui n'a de serrure et pouvant tenir trois boisseaux ou environ, appréciés ensemble quarante sols. Plus trois poêles à queue à frire appréciés trente sols. Plus trois chaudrons d'airain - deux moyens et un grand tel que, avec deux poêles aussi d'airain - pouvant tenir chacun quatre seau d'eau ou environ. Plus une poélounée tenant demi-seau ou environ, le tout tel quel avec un méchant poêlon, le tout d'airain et apprécié le tout à vingt cinq livres. Plus quarante huit livres d'étain, en cuve […] pinte, terrière, chopine, goubelets, plats, écuelles plates, porte digne [?] une écuelle à oreille, assiette et cuillère, appréciés chaque à [???] livres douze sols et faisant le tout ensemble la somme de vingt six livres et huit sols.
Et d'icelle, nous sommes transportés dans l'autre chambre, joignant la susdite et en laquelle avons trouvé un méchant vieux châlit en lequel il y a un lit, un traversin tel quel, une couverture de laine grise mi-neuve, les garnitures de boullangat gris fort usés, son fond de lit de toile usée et apprécié le tout à treize livres. Plus un méchant marchepied pouvant tenir quatre boisseaux de blé et apprécié à vingt sols. Plus un grand coffre fermé et fermant à clef pouvant tenir dix boisseaux de blé ou environ, plus demi-neuf et apprécié à quinze livres. Plus tous les habits du dit feu et en quoi , il consiste, souliers, chapeau servant à son usage, une douzaine de chemises tel qu'elle et une casaque neuve (sorte de vêtement de dessus porté par les femmes) et apprécié le tout ensemble à trente six livres. Plus un grand cabinet ayant quatre armoires et deux tirettes, les dites quatre armoires fermant à clef, tout à neuf et apprécié vingt livres. Plus un autre grand coffre fermant à clé, neuf et pouvant tenir dix boisseaux de blé ou environ et apprécié à quinze livres. Plus une méchante table faite en [...] ; un méchant vieux buffet ; appréciés ensemble à trente sols.
- Et d'icelle, avons entré en le cellier (que le notaire écrit sellier) qui touche la susdite teisserie (le tessier étant le tisserand, teisserie est peut-être un local où on tissait ou teillait le chanvre) en lequel avons trouvé trois fûts de pipes (grande futaille pour mettre du vin ou d’autres liquides), et seize de barriques et en lequel il y en a neuf remplis de vin et trois barriques remplies de demi-vin et appréciées chacune des neuf barriques sans comprendre les fûts [de pipes]. Plus en lequel autre fûts, avons trouvé deux barriques et demi de vin apprécié chacune à trente sols, et quant aux autres fûts ont été appréciés ensemble à vingt sols chacun, et chaque pipe à quarante sols comme étant les dits fûts, plus méchants que bons, ce qui fait accumulé ensemble la somme de soixante neuf livres.
- Et d'icelle avons entré dans une chambre joignant au dit cellier et en lequel avons trouvé un méchant vieux châlit et un méchant lit, un traversin de plume et une couverture de boullangat, le tout fort usé et apprécié dix livres. Plus cinq fûts de barriques appréciés chacun vingt sols. Plus quinze livres (poids) de plume neuve étant dans un sac et un linceul (drap) et apprécié chacune livre à dix sols qui fait quatre livres cinq sols.
- Et d'icelle avons monté en le grenier de dessus la chambre et en lequel avons trouvé trente cinq boisseaux de froment mesure de Ruffec et apprécié chaque boisseau à quarante sols qui fait en tout soixante dix livres.
- Et d'icelle, nous sommes transportés en le bâtiment appelé le treuil (pressoir) où sont les grands vaisseaux (grandes cuves, que le notaire écrit vessauds) à faire le vin et où nous avons trouvé deux grands tonneaux tels quels et pouvant tenir chacun onze barriques ou environ, plus sept cuves de charrois tels quels, plus treize jeux de barriques tels quels et apprécié le tout ensemble cinquante cinq livres.
Et d'icelle avons entré dans le bâtiment touchant au susdit treuil où sont les dit grands vaisseaux où nous avons trouvé trois chevalets de fer à broyer le chanvre, et l'un ayant trois couteaux, les deux autres n'ayant que deux couteaux. Plus cinq broies de bois appréciées ensemble à cinq livres. Plus environ trois brasses de tables (planches de bois) apprécié à quatre livres.
- Et d'icelle nous avons monté dessus les trois greniers de dessus les trois premières chambres en lesquels nous avons trouvés quinze boisseaux de méture appréciés à vingt huit sols, plus dix boisseaux d'avoine mesure du dit Ruffec et appréciés à neuf livres.
- Et d'icelle nous nous sommes transportés en le toit à pourceaux, qui touche au four, où nous avons trouvé une truie qui a un petit cochon de quinze jours à sa suite, plus deux naurins (nourains : porcelet) apprécié le tout ensemble trente cinq livres.
- Et d'icelle nous nous sommes transportés dans une étable en laquelle avons trouvé un bouriquet (âne, la femelle est la bourrique) de l'age de trois ans apprécié à six livres.
- Et d'icelle avons trouvé dans le toit aux brebis vingt cinq brebis y compris quatre moutons qui ont la vérole (petite vérole des moutons ou clavelée), apprécié ensemble à vingt livres. Plus quatre brasses de tables (planches) à faire plancher, et apprécié à six livres. La dite veuve a dit avoir chez le nommé Marc Guichard du dit Lugée vingt deux brebis agnellantes (en gestation) y compris trois moutonneaux (agneaux) que le dit Guichard garde à moitié qui ont aussi la vérole et apprécié la moitié à dix livres cinq sols.
- Et d'icelle nous nous sommes transportés en la grange de la dite maison en laquelle nous avons trouvé un méchant châlit […] et une méchante couverture de lit où couche le valet et apprécié à cinq livres.
- Et d'icelle avons entré en l'étable aux bœufs qui touche la dite grange et en laquelle dite étable avons trouvé quatre bœufs d'âges inconnus et garnis de jougs et juilles (longue courroie de cuir pour attacher le joug) appréciés ensemble à deux cent quarante livres dix sols. Et quant à l'égard du foin et paille qui se trouvent en la dite grange et dans la basse-cour n'a été inventorié ; d'autant [...] jugé à propos être nécessaire pour nourrir les dits bœufs, bourriquet, et pour faire fiant (fumier) et [...] et étant en la dite basse-cour à l'usage des bœufs garnie de plauds (plots, poteaux), ranches (ridelles de charrettes) et tables (planches), [le texte absent, ceci est supposé : avons trouvé deux charrues...] l'une neuve et l'autre fort usée et appréciées ensemble avec deux versoirs, socles, coutres et ce qui dépend du charruage (labour) et deux attelloirs (attelouères en Poitou, barre de fer destinée à l'attelage des boeufs) à la somme de cent vingt livres.
- Et d'icelle nous nous sommes transportés dans un bâtiment étant dans la cour et appelé la petite maison des Caillaud, en laquelle [maison] avons trouvé trois boisseaux de noix étant en trois méchants sacs (sacs en mauvais état) et appréciées avec les dits sacs, les dites noix étant presque toute gâtées, à vingt sols. Plus s'est trouvé en la dite basse-cour un quart de bois mairrain (bois pour faire les douves ou douelles) à faire barriques avec les fonds et apprécié à vingt cinq livres.
- Et étant retourné en la susdite chambre avons trouvé et nous a été représenté par les dites Robert belle-mère et petite-fille, deux pots de fer, leur cassette (boite en fer carrée sur lquelle se posait le pot), une pelle de fer, une broche aussi de fer, une cuillère de cuivre, le tout tel quel apprécié à trois livres le tout ensemble. Plus un [...] à peser (peson ou balance appelée balance romaine) portant cinquante livres et apprécié à quinze sols.
- Et a resté, le présent inventaire des meubles cy-dessus et inventorié le second jour du mois de mai mil six cent quatre vingt onze (2 mai 1691) et d'autant que la nuit est survenue, nous avons remis, du consentement de toutes parties et des appréciateurs, à vaquer à parachever et inventorier à vendredi prochain quatre du présent mois. Les meubles tant inventoriés qu'à inventorier sont demeurés en la maison et mains de la dite veuve et de la dite mineure, et quand à la commission portant permission de faire le dit inventaire à nous adressé, à aussi demeuré aux mains de la veuve et sans préjudice aux droits de toutes les parties et à la dite veuve et le dit Rousselot ont déclaré ne savoir signer, de ce enquis et signé en la minute des présentes J. Moinot et J. Poincet faisant pour son père absent et Ayrault notaire royal.
Vendredi 4 mai 1691, suite de l'inventaire
Et advenant le quatrième du mois de mai mil six cent quatre vingt onze et étant au dit lieu de Lugée en la maison où est décédé le dit feu Ellie Robert, il a été vaqué à la continuation de l'inventaire des meubles et effets en présence des parties dénommées et des susdits appréciateurs.
- Premièrement; la dite veuve nous a représenté aussi bien que la dite Jeanne Robert fille du dit feu, de son premier mariage : vingt deux linceuls (draps), parties de chenebin (plus loin on lit chanvre chenebin soit fil de chanvre brin - le meilleur du chanvre ; le champ de chanvre s'appelle chenebeau - chènevière), meslinge (mélange) et étoupe (chanvre grossier), plus de demi-usés et appréciés ensemble à vingt cinq livres.
- Plus douze nappes ayant en majeure partie deux aunes (une unité de mesure de longueur ancienne : une aune fait quatre pieds), et les autres d'une aune et demi de toile chenebin meslinge et étoupe et appréciées ensemble à dix livres d'autant quelle sont plus que m'y usées.
- Plus deux douzaines de serviettes meslinges y compris trois de chenebin, le tout plus que de demi-usés et apprécié ensemble à sept livres.
- Plus quatre essuie-main usés, et apprécié le tout, toile et étoupe à dix sols.
- Plus une barre de fer et plusieurs sortes d'autres fers servant au ménage et apprécié le tout ensemble avec une broche de fer à seize livres.
- Plus un fusil de trois pieds et demi de canon et apprécié neuf livres.
- Plus cent cinquante livres de chanvre peigné, seulement le tiers brin, le tiers en réparonne, et l'autre tiers en étoupe, et apprécié le tout à vingt livres et cinq sols.
- Plus vingt livres de chanvre chenebin (chanvre brin) en cheneveaux (écheveau) et pelotes appréciés sept livres cinq sols.
- Plus un méchant seau à puiser l'eau (en bois), lié de fer, et de ses chaines de puits, deux cordes servant au puits et aux charrettes, deux méchantes basses (petite cuve en bois cerclée en forme de demi-barrique), une méchante basse et un vieux saloir, apprécié le tout ensemble et le tout usés, à la somme de trois livres quinze sols.
- Trouvé, en la basse cour, trois gros bois escartés (écorcés voire débarrassés de leurs départs de branches - escarts), de la longueur de vingt pieds de long, et une aiguille de charrette, et deux autres bois aussi escartés de la longueur chacun de neuf pieds et apprécié ensemble à la somme de onze livres dix sols.
- La dite veuve a dit avoir chez Jeanne Vezinat de Lugée vingt brebis agnellantes (en gestation) qu'elle garde à moitié de profit et apprécié, la moitié à dix livres cinq sols.
- Plus chez Jean Raimon du dit Lugée, onze brebis agnellantes qu'il garde aussi à moitié et appréciées à six livres.
- Et à [...] que la nuit nous à surpris nous avons remis à vaquer au fait du dit inventaire à jeudi prochain dixième du présent mois et an, et ont la dite Robert et Rousselot dit et déclaré ne savoir signer. De ce enquis et signé en la minute J. Poincet faisant pour son père absent, J. Moinot et Ayrault notaire royal.
Jeudi 10 mai 1691, suite de l'inventaire
- Et advenant le dixième de mai mil six cent quatre vingt onze en continuant à l'inventaire des titres et enseignements, en présence des parties étant au dit Lugée où est décédé le dit feu. Et ce fait, il a été procédé au dit inventaire des titres et enseignements comme suit, et après que la dite veuve a eu fait l'ouverture d'un cabinet qui est en la première chambre où est décédé le dit feu ; elle nous a représenté premièrement :
- Une obligation consentie au profit de Jean Robert père du dit feu Ellie, contre Jean de la Vallée et Jacques Racofié, portant somme de treize livres et daté du vingt avril mil six cent soixante cinq, reçu et passé par Querron notaire à Ruffec et cotée et paraphée.
-Plus une autre obligation au profit du dit Jean Robert contre Marie Ripellou, de sept livres, et reçue par Sabourin notaire royal et datée du vingt cinq février mil six cent soixante cinq, paraphée et cotée.
- Plus un accord entre Jean Robert et Jacques Bernard de Tessé portant obligation, reçu par Querron notaire royal du troisième novembre mil six cent soixante seize, paraphée et cotée par […]
- Plus une obligation contre Moïse Naffrechoux au profit du dit Ellie Robert, portant vingt livres, du dix neuvième février mil six cent quatre vingt six, et reçu et passé par même notaire que ces présentes, paraphée et cotée [...]
- Plus deux diverses obligations, la première consentie au profit du dit Jean Robert contre René Bonnet, portant vingt cinq livres, reçue par Querron notaire à Ruffec daté du vingt six décembre mil six cent soixante sept. L'autre portant quarante sols et de deux boisseaux et demi de seigle mesure de Ruffec, reçu par Bouquet notaire à Saveille, et aussi contre le dit Bonnet, daté du sept mars mil six cent soixante dix huit. La première cotée et paraphée par F. et l'autre par G.
- Plus une obligation contre Jean et Julien Coulaud frères au profit du dit Jean Robert et portant treize livres et seize sols, daté du trois mai mil six cent soixante sept et reçu par Querron notaire royal et paraphé et coté et sur laquelle il reste a payer que six livres dix sols six deniers.
- Plus une autre obligation contre Pierre Grillet et Jeanne Mesnard sa femme de trente livres et au profit du dit Jean Robert et daté du dix huit novembre mil six cent soixante quatorze et reçu par Querron notaire royal et paraphé et coté par [...]
- Plus trois obligations conçues au profit du dit Jean Robert et contre Jacques Bernard, toutes trois reçues par Querron notaire royal ; la première portant la somme de vingt deux livres du treize novembre mil six cent soixante seize, la seconde portant la somme de huit livres et douze sols, daté du douze février mil six cent soixante dix huit ; la troisième et dernière portant la somme de treize livres sept sols et daté du vingt six novembre mil six cent soixante dix neuf et paraphé et coté par [...]
- Plus une autre obligation au profit du dit Jean Robert contre Jean Denon de treize livres et du treize décembre mil six cent soixante quatorze et reçu Damy notaire royal et paraphé et coté [...]
- Plus une obligation au profit du dit Jean Robert contre Jeanne Nadault et Jean Bégusseau son fils et portant la somme de vingt cinq livres douze sols et sur laquelle il reste a payer que douze livres seize sols et daté du huit février mil six cent soixante quinze et reçu par Damy notaire royal et Billaudeau notaire à Ruffec et paraphé et coté.[...]
- Plus une autre promesse contre François Coulaud de quarante livres et daté du vingt et un janvier mil six cent soixante quinze et paraphé et coté par [...]
- Plus une transaction d'accord faite entre le dit Jean Robert, Jean Mesnard et Mathurine Plumejaud, sa femme, reçu et passé par Querron notaire royal et daté du dix juin mil six cent soixante dix sept et dans laquelle est fait mention de quatre obligations contre les dits Mesnard et Plumejaud sa femme et portant en tout cent quatre vingt dix sept livres douze sols, la dite transaction paraphé et daté par [...]
- Plus une autre obligation au profit du dit Jean Robert contre François Perrin et Antoinette Thébaud sa femme de vingt quatre livres, sur laquelle il reste que douze livres et reçu par Querron notaire a Ruffec et daté du seize décembre mil six cent soixante dix et paraphé et coté par [...] La dite veuve a dit qu'il ne restait que deux livres et que la dite somme à été payée a son feu mary.
- Plus une obligation, contre René Roux et Françoise Barbaud sa femme au profit du dit Jean Robert et de la somme de dix neuf livres et daté du vingt quatre janvier mil six cent soixante dix huit et reçu par Bouquet notaire à Saveille, paraphé et coté par [...]
- Plus une obligation contre Martin Robert de neuf livres dix sols et au profit du dit Jean Robert et daté du dernier avril mil six cent soixante dix neuf et reçu et passée par même notaire que ses présentes et paraphé et coté par [...]
- Plus une obligation, reçu par Bouquet notaire et au profit du dit Jean Robert et contre René Saint Fraigne et de cinquante neuf sols et daté du vingt trois juin mil six cent soixante dix et paraphé et coté par [...]
- Plus une obligation contre Ellie et Pierre Perrin frères au profit du dit Jean Robert de quatre boisseaux de seigle et reçu par Billaudeau notaire à Ruffec et du quatorze mai mil six cent soixante dix neuf et paraphé et coté par [...]
- Plus une obligation, au profit du dit Jean Robert et contre Pierre Joseph de la somme de douze livres et dix sols et reçu par Querron notaire royal du vingt huit juin mil six cent quatre vingt et paraphé et coté par [...]
- Plus deux obligations contre René Bonnet, une au profit du dit Jean Robert et l'autre au profit du dit Ellie, la première portant la somme de dix boisseaux de seigle mesure du dit Ruffec et reçu par Ayrault notaire royal du onze janvier mil six cent quatre vingt quatre, et l'autre obligation portant la somme de dix neuf livres et deux sols, daté du huit mai mil six cent quatre vingt quatre et paraphé et coté [...]
- Plus une obligation contre Jean Vezinat et au profit du dit Jean Robert et de vingt trois livres et sur laquelle il reste a payé que six livres et treize sols et reçu par Ayrault notaire royal du dit huit février mil six cent quatre vingt et coté par [...]
- Plus une promesse de cinquante quatre livres contre Jean Martin sieur de Grand Pré et de lui signé du vingt et un avril mil six cent quatre vingt, coté par [...]
- Plus trois obligations contre Charles Vezinat, dont une desquelles est obligé et établi Michel Terrassier ; la première portant la somme de dix huit livres et conçue au profit du dit Ellie Robert du vingt février mil six cent quatre vingt et reçu Ayrault notaire royal et paraphé et coté par [...] La seconde conçue au profit de Jean Robert et portant la somme de dix sept livres dix sols et reçu par Billaudeau notaire et au dos de laquelle il y a un reçu de neuf livres dix sols étant en date du vingt neuf janvier mil six cent quatre vingt un et paraphé et coté [...] La troisième conçue au profit du dit Ellie Robert et de la somme de treize livres et reçu par Bouquet notaire du vingt deux mars mil six cent quatre vingt deux, paraphé et coté [...]
- Plus un accord portant obligation, étant en grosse faite entre Ellie Robert et Pierre Trébuchet, portant la somme de vingt deux livres dix sols d'une part et dix sept sols et six deniers d'autre part, reçu par Billaudeau notaire et daté du vingt neuf mai mil six cent quatre vingt deux, paraphé et coté [...]
- Plus une obligation reçue par Billaudeau notaire et au profit de Jacques Robineau et contre le dit Raymon, de la somme de dix sept livres dix sols du neuf mars mil six cent quatre vingt deux de laquelle, le dit Robineau en a fait cession au dit Ellie Robert et reçu par Billaudeau notaire, attaché à la dite obligation, coté [...]
- Plus une obligation au profit du dit Ellie Robert et contre René Chaineau maréchal de Saveille, et de la somme de quarante huit livres et daté du vingt sept décembre mil six cent quatre vingt deux, reçu Bouquet notaire et paraphé et coté [...]
- Plus une obligation au profit du dit Ellie Robert et contre Pierre Dechambe laboureur et portant la somme de onze livres dix sols en date du quatorze février mil six cent quatre vingt six, reçu par Ayrault notaire royal, paraphé et coté [...]
- Et d'autant que la nuit est survenu, il a été remis à vaquer au fait du dit inventaire à demain jour de vendredi onze du mois de mai et an sus dit et ont la dite Robert et Rousselot dit et déclaré ne savoir signer. De ce enquis et signé J. Poincet faisant pour son père absent, J. Moinot et Ayrault notaire royal.
Vendredi 11 mai 1691
Et advenant le onze mai mil six cent quatre vingt onze étant au dit Lugée en la maison ou est décédé le dit feu Ellie Robert, sa dite veuve nous a représenté plusieurs papiers, obligations et autres pièces au moyen de quoi, il a été procédé au dit inventaire comme suit. Premièrement, un acte portant obligation fait entre le dit Ellie Robert et Jean Courtiou de Villiers, par lequel le dit Courtiou est obligé au dit Robert de quatre vingt onze livres, le dit compte étant en date du premier avril mil six cent quatre vingt cinq, reçu Ayrault notaire royal, coté et paraphé [...]
- Plus une promesse contre Moise Querron de Tessé de trois boisseaux de seigle et de lui signé du premier mai mil six cent quatre vingt huit, coté [...]
- Plus une obligation au profit du dit Ellie Robert et contre Ellie Perrin et Jean Rousselot de dix sept livres quinze sols du premier mars mil six cent quatre vingt huit et reçu Ayrault notaire royal, paraphé et coté [...]
- Plus une obligation au profit du dit Ellie Robert contre Pierre Dechambe de l'Houmelée de six livres et du deux janvier mil six cent quatre vingt neuf , paraphé et coté par [...]
- Une […] de trente deux livres contre Jean Sicaud de Pioussay de lui signé et daté du second janvier mil six cent quatre vingt onze, coté par [...]
- Une promesse de treize livres contre Monsieur de Pont seigneur du Breuil Coiffaud de lui signé du six février mil six cent quatre vingt onze, paraphé et coté [...]
- Plus une obligation de vingt et une livres dix sols au profit du dit Jean Robert contre Bertommé [...] et Françoise Denibaud sa femme, du vingt cinq février mil six cent soixante dix huit et reçu Querron notaire royal et coté par [...]
- Plus une reconnaissance contre Jean Nadaud de trente et une livres dix sols de lui signé et étant sur le papier journal du dit feu Ellie Robert et étant en date du neuvième novembre mil six cent quatre vingt cinq et laquelle a été paraphé et margé et coté par [...]
- Plus une promesse de dix livres contre Pierre Arnaud de Tessé de lui signé et étant sur le papier journal du dit feu Ellie Robert et daté du neuf janvier mil six cent quatre vingt quatre, paraphé au bas et coté par deux [...]
- Plus une autre promesse contre Jacques Vezinat du dit Lugée de huit livres et cinq sols en date du cinq avril mil six cent quatre vingt six et étant sur le dit papier journal du dit Ellie Robert, paraphé au bas et coté par [...]
- Plus une obligation contre Ellie Robert et Marguerite Magnan, sa femme, au profit de Julien Mounier, au dos de laquelle il y a la succession portant la dite cession de la somme de soixante livres et daté du quinze avril mil six cent soixante cinq et reçu par Querron notaire à Ruffec, avec autre obligation de cinquante trois livres contre le dit Ellie Robert au profit de Jean Robert du vingt cinq avril mil six cent soixante dix et reçu par le dit Querron notaire, avec autre obligation contre le dit Ellie Robert et Marguerite Magnan, sa femme, de quatre cent quarante quatre livres au profit du dit Jean Robert du vingt neuf février mil six cent soixante douze et reçu par Querron notaire.
- Une autre obligation contre le dit Ellie Robert, pour le dit Jean Robert de soixante trois livres daté du huit avril mil six cent soixante quatorze et reçu par Péraud notaire royal.
- Une autre obligation de cent douze livres pour le dit Jean Robert du quinze novembre mil six cent soixante quinze et reçu par Péraud notaire.
- Une autre obligation de soixante neuf livres contre le dit Ellie Robert et Marguerite Magnan sa femme pour le dit Jean Robert et reçu par Péraud notaire du dernier novembre mil six cent soixante dix huit.
- Une autre contre les mêmes sus nommés pour le dit Jean Robert de cinquante trois livres du douze avril mil six cent quatre vingt un et suivi d'un jugement de Ruffec au profit du dit Jean Robert contre le sus dit Ellie Robert et Magnan sa femme du vingt deux décembre mil six cent quatre vingt cinq par lequel ils ont été condamnés au paiement des dites obligations dues et aux intérêts, montant les dites obligations à huit cent cinquante neuf livres sans y comprendre les dépenses et levées. Signé J. Arnault et coté par [...]
- Et attendu que la nuit est survenue et nous a surpris, nous avons remis à vaquer au dit inventaire, du consentement de toutes parties et des dits appréciateurs au quatorze du présent mois de mai et auquel dit jour il sera continué au fait du dit inventaire des meubles qui reste à inventorier. [...]
La dite Renée Robert veuve du dit feu Ellie Robert a déclaré n'avoir aucun meuble, titres ny enseignements n'y autre papiers à faire inventorier que ceux contenus au dit inventaire et s'il en viennent à sa connaissance, elle promet les y faire employer, comme aussi dit quelle prétendait faire employer au dit inventaire les sommes de deniers et autre choses par son dit mary et elle […] en son vivant [...] personne donc cy dessous en sera fait mention […] et en connaissance quelle pourra faire, déclarons ne vouloir rien soustraire n'y sceller des clauses délaissés par le dit feu Ellie Robert son dit mary venant a sa connaissance afin que tous les meubles et affaires délaissés, la contingeante portion à la dite Jeanne Robert, comme aussi aux dits mineurs et suivant ce qu'ils peuvent et doivent avoir et prétendre en conscience ainsi que la justice veut et permet. La dite veuve déclare ne vouloir les frustrer, n'y autre de leurs part et portion qu'ils peuvent y avoir et prétendre en tout, au moyen de quoi et travaillant au dit inventaire comme cy devant en présence des sus dits ainsi que dits est.
A déclaré, la dite veuve avoir entre les mains la somme de neuf livres seulement d'argent monnaie, soit en monnaie blanche et demi-usée. Et la dite veuve a déclaré que ce sont tous et chacun les meubles et obligations et [...] quelle a entre les mains à la réserve de quelques autres papiers qui sont de vielles obligations et contrats d'acquisition quelle promet de représenter toutefois et quand besoin sera, lesquels ont a vu et visité et cru être pas besoin de faire inventaire et la dite veuve dit et déclare n'avoir rien réservé, soustrait n'y […] et n'avoir autre argent monnaie n'y […] que la dite somme de neuf livres.
Et ce fait, la dite Robert veuve a dit être dues par la dite communauté des survivants du dit feu Robert son mary et à plusieurs personnes les sommes de deniers suivant (manque le début de la liste) :
Plus à Jacquette Piard servante pour ses services dix livres ;
Plus à Jeanne Robert cy devant servante, il lui est du six livres ;
Plus à Pierre Audoyer grenotier (qui fait le commerce de grain, grainetier) dit Sentinelle, pour du sel quatre livres ;
Plus à Michel Sautereau pour le restant de ses journées qu'il a mis à la charpente pour la dite maison, quarante huit sols.
Plus à Gabriel Rafoux maréchal pour ferrage, quatre livres.
Plus à Louis Beau, tessier en toile, pour le restant de façon de toile, trente sols.
Plus à Jean Robert, frère de la dite veuve, vingt sept livres pour cause de prêt que le dit Jean Robert a prêté au dit feu Ellie Robert en son vivant de quoi il n'a aucune reconnaissance, mais a juré et effectué par serment qu'il en a fait, avoir prêté la dite somme au dit feu Ellie Robert en son vivant de quoi la dite veuve a dit et déclaré en avoir véritable connaissance et que la [...] est telle.
Plus a déclaré la dite veuve être dues aux valets et servantes sus nommés quinze aunes de toiles meslinges et sept aunes et demi d'étoupes, qui leur est du suivant le marché qui a été fait de leurs services.
Et attendu que la nuit est survenue, il a été remis à employer d'autres obligations et papiers à inventorier et attendu quelle a déclaré quelle croyait en avoir, et ce le quinzième de mai mil six cent quatre vingt onze. Et, ont la dite Robert et le dit Rousselot déclaré ne savoir signer. De ce enquis et signé J. Moinot et Ayrault notaire.
Mardi 15 mai 1691
- Et advenu, le dit jour quinzième mai mil six cent quatre vingt onze et étant au dit Lugée à la réquisition de la dite Robert veuve, et en la maison où est décédé le dit Ellie Robert, elle a requis qu'il faut continuer au dit inventaire et pour ce fait nous a représenté une liasse de papiers de plusieurs façons qui sont :
- Une obligation de cinquante huit livres neuf sols au profit du dit Jean Robert et contre Pierre Mesnard du dernier février mil six cent soixante sept et reçu par Marchand notaire à Ruffec avec les procès-verbaux attachés et paraphés, coté par [...]
- Plus une obligation contre Jean Joseph et Marie Jousselin sa femme, et au profit du dit Ellie Robert, de la somme de quarante et une livres et quinze sols en date du seize mars mil six cent quatre vingt deux et reçu par Querron notaire royal, paraphé et coté.
- Plus un contrat de cession fait par le dit Ellie Robert à Pierre de Chevreuse écuyer seigneur de Tourteron et sa femme par laquelle le dit sieur de Tourteron et sa femme sont obligés de payer au dit Ellie Robert, la somme de cinquante livres pour cause des domaines, daté du vingt neuf juin mil six cent quatre vingt dix et reçu par Ayrault notaire royal, paraphé et coté [...]
- Plus une obligation contre Michel Nadaud au profit du dit Ellie Robert et portant la somme de trente deux livres et reçu par Billaudeau notaire à Ruffec, en date du sept décembre mil six cent cinquante neuf, paraphé et coté par [...]
- Plus, la dite veuve a déclaré être dû au dit Ellie Robert son feu mary, et par Samuel Roubel seigneur Dusigné (?) de la ville de Ruffec, la somme de quatre cent livres, restant de celle des huit cent livres par contrat du deux février mil six cent quatre vingt quatre et reçu par Billaudeau notaire à Ruffec.
- Plus un accord fait entre Louis Moreau, Daniel Herviot et Marie Bouyer et avec Ellie Robert, de trois années de rente qui sont les années mil six cent quatre vingt deux, trois et quatre, de rente que le dit Robert a payé pour eux ce montant pour chaque an à deux boisseaux froment, deux boisseaux de seigle mesure de Ruffec, deux chapons, dix sols en argent, plus la somme de trois livres, ainsi qu'il est exprimé par le dit accord étant en date du vingt cinq juin mil six cent quatre vingt cinq et reçu par Ayrault notaire royal, paraphé et coté par [...]
- Plus une obligation de la somme de trente livres contre Daniel Herviot et Jeanne […] sa femme au profit du dit Jean Robert et du six février mil six cent soixante dix huit et reçu par Querron notaire royal, coté par [...]
- Plus une obligation contre le dit Herviot au profit du dit Ellie Robert de sept livres dix sols du vingt trois février mil six cent soixante dix neuf et reçu par Péraud notaire royal et coté par [...]
- Plus une autre obligation passée entre le dit Ellie Robert et Pierre Pérrinneau en laquelle est parlé de Izaac Lardeau sieur de Pépatrie et par laquelle le dit Pérrinneau s'est trouvé débiteur au dit Robert de la somme de quarante neuf livres en date du vingt juillet mil six cent quatre vingt cinq et reçu par Bouquet notaire à Saveille, paraphé et coté la grosse par [...]
- Plus deux obligations au profit du dit Jean Robert, la première portant la somme de seize livres dix sols du dernier novembre mil six cent soixante quatorze et reçu par Ayrault notaire royal, la seconde portant le nombre de douze boisseaux de baillarge mesure de Ruffec, et daté du dernier mars mil six cent quatre vingt, passé par le dit Ayrault notaire royal, les deux obligations paraphés et cotés par [...]
- Plus une obligation de vingt deux livres dix sols au profit de Jean Robert contre Anthoine Blais et Marguerite Dechambe sa femme, du quatorze juin mil six cent soixante seize, et reçu par Ayrault notaire royal, paraphé et coté à la cote [...]
- Plus une obligation pour le dit Jean Robert contre Pierre Rousselot de la somme de seize livres et du vingt six avril mil six cent soixante cinq et reçu par Billaudeau notaire à Ruffec, paraphé et coté par [...]
- Plus une obligation de cinquante deux livres pour le dit Jean Robert contre Jean Préveraud du dix neuf mars mil six cent soixante six et paraphé et coté par [...]
- Plus une obligation de trente livres dix sols pour le dit Jean Robert et contre Jean Paintaud du trois avril mil six cent cinquante sept et reçu par Querron notaire à Ruffec, paraphé et coté par [...]
- Plus une obligation pour Jean Robert et contre Pierre Alebert de trente neuf livres et quatre sols du seize novembre mil six cent soixante dix et reçu par Collet notaire a Ruffec paraphé et coté par [...]
- Plus une autre obligation au profit du dit Jean Robert et contre le dit Alebert de quarante neuf livres et neuf sols en date du onze novembre mil six cent soixante et reçu par Marchand notaire à Ruffec, paraphé et coté par [...]
- Plus une obligation au profit du dit Jean Robert et contre André Poincet de trente livres et daté du premier avril mil six cent soixante et reçu par Fouchet notaire à Ruffec, coté et paraphé par [...]
- Plus une autre obligation de vingt trois livres et quatre sols au profit du dit Jean Robert, et contre Pierre et Jean Joseph, père et fils, du vingt cinq février mil six cent soixante dix huit, et reçu par Querron notaire royal, coté et paraphé par [...]
- Plus une autre obligation pour Jean Robert contre Jean et Daniel Querron frères, de soixante douze livres et date du vingt huit juin mil six cent soixante dix sept, et reçu par Querron notaire royal, paraphé et coté par [...]
- Plus deux obligations au profit du dit Jean Robert et contre Pierre Bégusseau et sa femme et portant les deux cent seize livres ; la première étant en date du quinze janvier mil six cent cinquante sept et reçu par Billaudeau notaire à Ruffec, et l'autre en date du premier janvier mil six cent quatre vingt dix sept et reçu par Billaudeau notaire à Ruffec ; lesquelles sont cotées et paraphées [...]
- Autre obligation au profit de Ellie Robert et contre Louis Naffrechoux, de la somme de soixante dix huit livres et en date du vingt deux mars mil six cent quatre vingt deux, reçu par Bouquet notaire à Saveille, paraphé et coté par [...]
Quinzième de mai mil six cent quatre vingt onze en présence des soussignés et de François Mesnard l'ainé, marchand, oncle de la dite Jeanne Robert, à cause de sa femme, demeurant au bourg de Hanc et de Pierre Bégusseau, maçon, demeurant au dit Lugée, témoins requis qui ont signés avec les appréciateurs sauf ceux qui ont déclarés ne savoir signer. De ce enquis et signé en la minute F. Mesnard, J. Poincet faisant pour son père étant absent, J. Moinot et Ayrault notaire royal.
Note : les 5 dernières pages du document sont écornées en bas de page, cela rend impossible la lecture intégrale.

La Place (de Pioussay) le 4 février 1700
Vente aux enchères des meubles Billaudeau-Robert

Aujourd'hui quatrième jour du mois de février mil sept cent, après midi ont comparu pardevant moi sergent soussigné, immatriculé au siége du marquisat de Ruffec et présidial d'Angoumois, demeurant à Jouhé paroisse de Pioussay, Jean et Gabriel Billaudeau frères, Louis et Jacques Robert aussi frères, laboureurs demeurant à la Place, paroisse de Pioussay, curateurs aux personnes et biens des enfants mineurs de feu Jean Robert dit la Barre et Jeanne Billaudeau sa première femme, demeurant au lieu de la Place. Lesquels, pour s'acquitter de leur charge m'ont prié et requis de vouloir me transporter avec eux et les témoins cy après nommés, au dit lieu de la Place audevant de la maison où le dit feu Robert et Billaudeau sont décédés, pour procéder à la vente des meubles appartenant aux dits mineurs, ce que je leur ai octroyé et y étant, je pars en vertu d'un acte de monsieur le juge sénéchal du dit Ruffec daté du trente janvier dernier et signé Géraud, et portant permission de vendre les dits meubles audevant de la maison et en conséquence de la proclamation affichée par moi dimanche dernier, fait à la porte de l'église du dit Pioussay. J'ai en présence du crieur, qui a fait les criées, procédé à la vente comme suit :
- Une coite de lit remplie de plumes de ce pays, estimé trente cinq livres,
- une chétive couverture de boulangeat gris (boulangeat : droguet, étoffe faite avec de la laine et du fil),
- un mauvais coutil de lit de toile avec sa frange de fil, de la longueur de deux aulnes, et mis à pris par Jean Rousselot, sergent, demeurant au dit Jouhé, à huit livres dix sols, enchéri par René Billaudeau aussi sergent du lieu de Lugée à neuf livres et renchéri par Pierre Damy laboureur de la paroisse de Pioussay à neuf livres dix sols, renchéri par le dit Rousselot à neuf livres douze sols qu'il a payé comptant au dit curateurs et à lui livré comme plus offrant et dernier enchérisseur et a signé Rousselot.
- Plus une table à repaître avec ses tréteaux, un grand coffre, le tout en bois, tenant le dit coffre quatre boisseaux, ferré et fermant à clé ; lesquels meubles ont été mis à prix par le dit Rousselot à quatre livres dix sols et enchéri par le dit Robert à cinq livres et par le dit Billaudeau à cinq livres et cinq sols et à lui comme le plus offrant et qu'il a payé aux dits curateurs et a signé Billaudeau.
- Plus un mauvais châlit avec sa fonsure, une salière, le tout de bois, et un méchant buffet ayant deux tirettes et deux armoires, lesquels tous ensemble ont été mis à prix par Louis Trébuchet, laboureur du dit lieu de la Place, à trois livres et enchéri par Louis Seillon, laboureur du dit lieu, à trois livres dix sols et enchéri par le dit Robineau à trois livres quinze sols, et enchéri par le dit Billaudeau à quatre livres et à lui livré, qu 'il a payé comptant aux dits curateurs et a signé Billaudeau.
- Plus un chaudron d'airain ne pouvant servir que de mitraille, tenant un seau et demi, et un seau à puiser l'eau et lié de fer, et une chétive cassotte, une méchante pelle à venter le blé, le tout mis à prix ensemble par le dit Trébuchet à quinze sols et enchéri par le dit Robineau à vingt sols et par le dit Trébuchet à vingt quatre sols et à lui livré comme le plus offrant et dernier enchérissant et qu'il a payé comptant et déclaré ne savoir signer.
- Plus une demi-brassée de foin et une brassée de paille de bled qui a été mis à prix par le dit Trébuchet à huit livres, enchéri par le dit Robineau à huit livres dix sols et enchéri par le dit Seillon à huit livres quinze sols, enchéri par le dit Trébuchet à neuf livres et enchéri par le dit Robineau à neuf livres cinq sols et à lui livré comme plus offrant et dernier enchérissant et déclaré ne savoir signer.
- Plus une vielle cuve à vin écoulant deux barriques et demi et deux futs de barrique sans fonsure, lesquels ont été mis à prix par le dit Rousselot à quatre livres, et enchéri par le dit Robineau à quatre livres dix sols, et enchéri par le dit Billaudeau à quatre livres quinze sols, et enchéri par le dit Trébuchet à cinq livres, enchéri par le dit Billaudeau à cinq livres cinq sols et à lui livré et qu'il a payé comptant et signé Billaudeau.
- Plus une cognée hachante et un chétif pic, un hachereau, une piarde, un tarraire, une faucille, le tout de fer et un chétif fléau à battre le blé, lesquels tous ensemble ont été estimés par le dit Trébuchet à quinze sols, enchéri par le dit Rousselot à vingt sols, et enchéri par le dit Robineau à vingt cinq sols, et enchéri par le dit Damy à vingt huit sols et à lui livré pour la dite somme et qu'il a payé comptant et déclaré ne savoir signé.
- Plus la moitié d'un fer de charrue avec la moitié du versoir, le tout en commun avec Pierre Seillon et par moitié ; lesquels ont été mis à prix par le dit Pierre Seillon à la somme de vingt sols, et enchéri par le dit Damy à trente sols, et enchéri par le dit Seillon à trente cinq sols et à lui livré comme le plus offrant et dernier enchérisseur et qu'il a payé comptant et déclaré ne savoir signer.
- Plus trois chefs de brebis agnelant (en gestation), trois moutonneaux, et deux agneaux de l'an dernier, lesquels ont été mis à prix par Pierre Trébuchet laboureur du dit lieu de la Place à quinze livres, et enchéri par le dit Damy à quinze livres dix sols, et enchéri par le dit Trébuchet à seize livres et enchéri par le dit Billaudeau à seize livres cinq sols et à lui livré comme le plus offrant et dernier enchérissant et qu'il a payé comptant aux curateurs et a signé Billaudeau.
Tous lesquels meubles cy dessus ont demeuré pour les deux tierces parties des dits mineurs et partagé faisant Marie Cadet leur montant du tout 48 livres et 47 sols. Et ne s'étant trouvé d'autres meubles à partager au dits mineurs et porté à la dite vente, j'ai clos et fermé et rendu les présentes en présence de Barthélemy Decaud notaire royal demeurant au dit Jouhé et de Jean Robineau laboureur demeurant au dit lieu de la Place susdite paroisse de Pioussay, témoins requis qui ont avec les dits curateurs et le crieur déclarés ne savoir signer et fait par les soussignés.
Robert, Billaudeau, Decault, Ayrault.



Pioussay 24 décembre 1700
Vente des biens des défunts Dechambe et Guimbault
Aujourd'hui vingt quatre du mois de décembre mil sept cent sur les neuf heures du matin, pardevant le notaire du marquisat de Ruffec soussigné et témoins bas nommés, à comparu en personne maitre Pierre de Breil, greffier de la châtellenie de Tillou, demeurant au dit lieu, au nom et comme tuteur et curateur tant aux personnes qu'aux biens des enfants mineurs de Pierre Dechambe et Marie Guimbault vivants conjoints (1).
Nous a déclaré avoir fait faire bon et loyal inventaire de tous les meubles et effets délaissés par les dits défunts Dechambe et Guimbault, ainsi qu'ils l'ont spécifiquement énoncés par l'inventaire reçu et passé par moi dit notaire en conséquence de la requête et épointement au bas dicelle date du treize du présent mois et an, signé Jacques, parlant que les dits meubles seraient vendus et livrés au devant de la porte de la maison où les dits feu Dechambe et Guimbault sont décédés au dit lieu de Pioussay, au plus offrant et dernier enchérisseur, du rapport et procès verbal de publication et affiche fait à la porte de l'église du dit Pioussay par Bonnet, sergent du dit Ruffec, et daté du dix neuf du dit mois, que les dits meubles étaient cédés, jour, lieu et heure à vendre et livrer et autres jours suivant et vu la requête et appointements portant commission au premier notaire ou sergent [...] requis et du jour en dresser procès verbal, pour iceux être vendus en forme de droit et pour iceux enquête publique; ont fait venir le dit Bonnet sergent demeurant au bourg de Hanc, ce qui à été fait le jour suivant l'ordonnance et à la réquisition du dit de Breil curateur sus dit et nous notaire sus dit et témoins sus dits.
Nous nous sommes transportés au dit lieu de Pioussay au devant la maison et demeure où les dits défunts Dechambe et Guimbault faisaient leur demeure, après que les dits meubles et effets, sujets à la présente vente, ont étés enquêtés et publics par le dit Bonnet :
- Premièrement, le coffre fait en marchepied, contenu au premier article du dit inventaire et enchéri par Jacques Robert à dix huit sols, par Jean Justard à dix neuf sols et par le dit Robert à vingt sols et à lui livré et payé comptant en mains du dit curateur.
- Plus un vieux coffre fait en menuiserie et de la longueur de quatre pieds, garni de ses ardivelles et contenu au second article du dit inventaire, enchéri par Jacques Dechambe à trois livres cinq sols, par jean Sautreau trois livres et huit sols, par le dit Dechambe trois livres quinze sols et par maitre Jean Robineau du village de la Place à quatre livres à lui livré et payé comptant.
- Plus un morceau de chanvre en poignée, non broyé et autres choses, plus les deux futs de barrique, deux flauds (fléaux), le tout porté à l'article trois et neuf du dit inventaire. Le tout enchéri par Jacques Robert à trente six sols, par Jean Sautreau à quarante sols, par le dix Robert à quarante cinq sols, et par le dix Sautreau à cinquante sols et à lui livré et payé comptant.
- Le châlit porté au quatrième article du dit inventaire et enchéri par Jacques Dechambe à trente trois sols, par le dit Robineau à trente trois sols six deniers, et par le dit Dechambe trente quatre sols, à lui livré et payé comme dessus.
- Plus les deux bouteilles contenues au cinquième article du dit inventaire et enchéri par le dit Robineau à cinquante sols et par Antoine Robert à cinquante deux sols, par Jacques Robert cinquante cinq sols et par le dit Antoine Robert à trois livres à lui livré et payé comptant.
- Plus un bournais ou ruche et ferrailles, porté au septième article, enchéri par le dit Robineau à douze sols à lui livré et payé comptant.
- Le foin et paille porté au huitième article du dit inventaire et enchéri par jean Dechambe à quatre livres quinze sols, par Jean Justard à cinq livres, par Jean Robineau à cinq livres dix sols et par le dit Dechambe à cinq livres quinze sols à lui livré et payé comptant.
- Les douelles et fond de cuves portés au dixième article du dit inventaire, ont été [...] et publics et enchéri avec les chevrons, par Jean Sautreau à quarante huit sols, par le dit Robineau quarante huit sols, par Jean Dechambe à cinquante sols et par le dit Robineau à cinquante deux sols à lui livré et payé comptant.
- Le fiant (fientes, fumier) qui est porté au onzième article du dit inventaire, enchéri par Jacques Poinsset à cinq livres, par le dit Robineau à cinq livres dix sols, par le dit Poinsset à cinq livres dix huit sols à lui livré et payé comptant en mains du curateur comme dessus.
- Les articles six et douze du dit inventaire qui sont brassées de bois, une crémaillère et autres choses y contenues, ont étés enchéris par Jacques Robert trente cinq sols, par Jean Justard trente six sols, par le dit Robert à quarante sols à lui livré et payé comptant.
- L'article treize qui est de la laine, enchéri par le dit Robert à cinquante sols, par le dit Dechambe à cinquante sols et par le dit Robert à trois livres et à lui livré et payé comptant.
- Les écheveaux contenus au quatorzième article du dit inventaire, enchéri par Marie Brissonneau à vingt et un sols, par le dit Robert à vingt quatre sols, par la dite Brissonneau à vingt six sols à elle livré.
- Plus la brassée de [...] et le demi-boisseau de graine de sainfoin (2), contenus en l'article quinze et dix septième du dit inventaire, ont été enchéri par le dit Poinsset à cinquante sols, par le dit Jacques Robert à trois livres, par le dit Poinsset à trois livres et dix sols à lui livré et payé comptant.
- Plus les deux boisseaux de bled et deux agneaux mentionnés aux articles seize et dix-neuf du dit inventaire, ont aussi été enquêtés publics et enchéris par Jacques Robert le jeune du dit lieu de Pioussay à trois livres quinze sols, par Jean Sautreau à quatre livres quinze sols et par le dit Robert à quatre livres dix huit sols à lui livré et payé comptant en mains du dit curateur, aussi bien que tous les autres enchères.
Fait et arrêté, la vente cy dessus ce requérant le dit de Breil curateur sus dit, dont et de laquelle procès-verbal à été dressé par moi dit notaire jour signé [...] en présence du dit Bonnet sergent, Pierre Tardy marchand demeurant à Hanc et Louis Favreau laboureur demeurant au village de Villeneuve, paroisse de Pioussay, témoins requis. Le tout aux hypothèques dit de Breil de tous ses droits et prétentions et les dits Bonnet et Favreau ont signé avec moi dit notaire ainsi signé de Breil, J. Bounet sergent sus dit, L. Favreau avec Bouchon notaire au dit Ruffec à la requête de Breil ; contrôlé le six janvier mil sept cent un par Arnaud et reçu cinq sols.
Signé : Bouchon notaire à Ruffec
(1) Conjoints de leur vivant.
(2) La culture du sainfoin venait récemment d'être introduite dans le secteur.


Jouhé le 15 avril 1753
Inventaire et partage Legeraud-Raffoux
La belle-mère Marie Raffoux partage avec sa belle-fille Marie Legereaud les biens de feu Jean lotte respectivement fils et mari des deux femmes.
Pardevant les notaires de la ville et marquisat de Ruffec en Angoumois soussignés, ont été présents et personnellement établis en droit et dument soumis ; Marie Raffoux, veuve de René Lotte, héritière mobilière de feu Jean Lotte dit Charme, son fils, et fils du feu [René Lotte], et Marie Legeraud, veuve du dit feu Jean Lotte, demeurant les dites deux veuves au village de Jouhé, paroisse de Pioussay, d'une et d'autre part, et entre lesquelles dites veuves et sus dites qualités, a été de leur bonne et libre volonté fait entre elles le partage, divis et divisions de tous les meubles et de toutes autres choses sensées de cette nature qui étaient communs en la communauté de la dite veuve Legeraud et le dit feu Lotte son mari.
Par lequel dit partage, il est tombé, et demeuré, sera et demeurera, à la dite veuve Legeraud, à elle et aux siens à perpétuité, premièrement, une maie à pétrin (pour pétrir le pain) en forme de marche-pied mis à neuf écoulant environ trois boisseaux mesure de Ruffec en bois inconnu. Plus un coffre avec sa serrure, sa chef et sa ferrure, manquant l'ardivelle du milieu pour fermer à clef et écoulant environ aussi trois boisseaux à la sus dite mesure, en bois de chêne. Plus un autre coffre, à plus de demi-neuf de bois de noyer avec sa serrure, clef et toute sa ferrure, écoulant aussi à la sus dite mesure trois boisseaux. Plus un châlit (lit équipé) avec sa fonçure dessous, et garniture de rideau, et tour de lit de toile mélangée, et fort usé, avec un lit […], trois petits oreillers, le dit lit en coutil de pays et le reste en toile battue, une couverture de droguet gris à mis usée. Plus une crémaillère, deux chaudrons d'airain (1), l'un a mis neuf et écoulant environ un seau et demi et l'autre très mauvais et écoulant environ trois seaux. Plus la poêle à frire moyen (état moyen) à mi-neuve. Plus une cassette ou cuillère de pot de fer. Plus un fut de barrique à mi-neuf et foncé par les deux bouts. Plus un saloir à mi-neuf en bois de châtaigner et écoulant environ un boisseau et demi. Plus un mauvais tamis, une cognée, une pelle-bêche, une serpe acheresse, une piarde, le tout de fer battu (fer forgé). Plus un soufflet (à cheminée) presque neuf, plus un grand plat d'étain profond, propre à faire la soupe à quatre hommes, plus une écuelle ronde, une chopine, trois assiettes, quatre cuillères, un gobelet et une tasse aussi le tout d'étain commun.
Plus douze chefs (têtes) de brebis avec leurs suites (leurs petits) et par elle dite Legeraud payant pour les dites brebis la somme de treize livres au nommé Pierre Guillon son beau-père.
Plus lui demeure la part et portion qui peut revenir et appartenir à la dite Legeraud dans vingt trois chefs de brebis et leurs suites, et qui sont de présent à titre de cheptel chez le nommé Jacques Simiot, au village de la Place, paroisse de Pioussay, et finalement la somme de soixante-dix livres ; savoir celle de vingt-cinq livres pour la part et portion de tous les acquis qui pourraient revenir et appartenir à la dite Legeraud, et qui ont été faits pendant qu'elle est demeurée avec son dit feu mari.
Lequel demeurent au moyen de ce au profit de la dite Raffoux et les siens sans qu'à l'avenir il lui soit fait aucune demande n'y recherche par la dite Legeraud où ses héritiers ou représentants et la somme de quarante cinq livres pour la part et portion que la dite Legeraud aurait à demander et prétendre tant dans les bœufs, leurs garnitures, charrette et garniture d'icelle, foin, pailles et fiant (fumier), fait et à faire, ainsi que le charriérage (charroi) et tout ce qui en dépend et généralement quelconque. De laquelle dite somme de soixante-dix livres, la dite Raffoux en a tout présentement, et comptant, baillé et payé à la dite Legeraud sa bru, la somme de trente livres, laquelle dite somme elle a reçu, serré et emporté, et s'en contente, et en quitte la dite Raffoux sa belle-mère et à l'égard du surplus qui est la somme de quarante livres pour parfaire et finir la dite somme de soixante dix-livres, la dite Raffoux a promis, s'oblige, et sera tenue de icelle dite somme de quarante livres de la bailler et payer dans le jour et fête de la Saint Michel prochaine. Verront, et au lot, part et partage et portion de la dite Raffoux en sa susdite qualité, lui est demeuré, sera et demeurera à elle et les siens aussi à perpétuité tout le surplus de tous les meubles et toutes autres choses sensées de cette nature, non compris dans le lot de la dite Legeraud et aux conditions susdites et c'y après qui sont : que la dite Raffoux a promis, s'oblige et sera tenue de garantir et indemniser la dite Legeraud sa bru de toutes dettes et charges qui peuvent être dues et seront dues cy après, tant à son égard, ou au regard du dit feu Jean Lotte son mari, telles qu'elles puissent être, soit (tant) deniers royaux que seigneuriaux, et tous autres, généralement quelconques et ce le tout à peine de dépend, dommage-intérêts dès à présent stipulés, et par ces mêmes présentes, et sans préjudice à icelle dites parties, entre elles expressément convenus pour la part et portion qui pourrait revenir et appartenir dans tous les emblavés et ensemencés, que icelle dite Legeraud aura et prendra lors de la moisson d'iceux une septième partie franc et quitte de tous devoirs royaux et seigneuriaux, qui sur les domaines tant appartenant au dit Jean Lotte son dit feu mari, à la dite Raffoux mère d'icelle que dans ceux appartenant à René Lotte, frère du dit feu Jean Lotte. Et par elle dite Legeraud la coupant ou faisant couper et battre et nettoyer à ses dépends. Lequel partage et division de la dite septième revenant à la dite Legeraud, se fera à l'aire, et au boisseau, et toutes les pailles et balles qui proviendront de la dite septième partie seront et demeureront garantis à la dite Raffoux pour faire ainsi qu'elle avisera bon être.
Tout ce que dessus a été ainsi voulu et respectivement consenti, stipulé et accepté par les dites parties, lesquelles pour l'entretien parfait et entière exécution de tout le contenu cy dessus, ont obligé et hypothéqué tous et chacun leurs biens présents et à venir. Dont à leur requête de leur consentement et volonté, elle en ont été jugées et condamnées par les dits notaires soussignés, étant au dit village de Jouhé après-midi le quinzième d'avril mil sept cent cinquante trois, et leur ont les dites parties persisté et persistent, et ont déclaré ne savoir signer de ce dûment enquis et interpellé suivant l'ordonnance. Ce fait, tous les meubles sus partagés y compris le sus dit retour, ont été estimés entre, et par les dites parties, à la somme de cent quatre-vingt livres. Dont acte et approuvé cy dessus en interligne les mots et battre et nettoyer, pour valoir.
Signé : Robineau notaire à Ruffec et Ayrault notaire à Ruffec.
Contrôlé à Villefagnan le quinze avril mil sept cent cinquante trois et reçu une livre quatre sols.
(1) Alliage de cuivre et d'étain, plus sonore et plus fusible que le cuivre.

La Place le 11 mars 1871
Inventaire des biens de feu Frédéric Demay et Pauline Demay (Michelet)

Une pincette et une pelle à feu, 1,50 franc
Un soufflet en bon état 0,50
Un petit gril en fer à huit branches 0,50
Un petit réchaud en fonte 1,00
Un pot en fonte et son couvercle contenant 10 litres 2,00
Une lampe en cuivre jaune 0,50
Une crémaillère et son crémaillon 1,50
Un petit écrin en fer 0,50
Une montre en cuivre avariée... 10,00
Un chandelier en fer battu 0,20
Un moulin à poivre 0,25
Cinq bouteilles en verre (3 moyennes et 2 petites) 1,00
Cinq pots à lait en terre (4 grands dits jalons et 1 petit) et une fécine (faisselle) à fromage 0,75
Un pot à traire, une fécine (faisselle) à fromage, un cruchon, deux petits verres noirs, un plat creux en caillou (type de poterie, le terme caillou était utilisé pour désigner une sorte de céramique, faïence, moulée avec glaçure, peinture manuelle pouvant être polychrome. Il existe aussi des assiettes et des plats caillou), une petite assiette en terre, une cruche à huile, une cruche à vinaigre, une salière 2,00
Une table longue à quatre pieds en cerisier avec ses deux tiroirs 10,00
Un pot à eau en terre, un fer à repasser, une ouillette, une petite casserole, une cuillère à pot, sept fourchettes, sept cuillères à bouche 2,00
Un seau en bois, un godet en fer blanc 2,00
Un faleau ou lanterne muni d'une lampe en étain 1,00
Un petit marteau, une serpe volant 0,50
Une poêle à frire 1,00
Un petit miroir 0,20
Un buffet ou vaisselier en cerisier ayant deux portières soutenues par des fiches, une serrure munie de sa clef, deux entrées ciselées, deux tiroirs avec chefs, un dressoir au dessus du buffet 30,00
Un saladier à fleurs, huit assiettes assorties, deux plats, une huguenotte (cocotte à trois pieds en terre cuite, dite aussi calin) en terre 2,00
Deux brosses, une pour les vêtements et l'autre à cirer 0,50
Un cuir à rasoir, un pinceau, un rasoir 1,00
Une douzaine de draps de lit en grosse toile de pays de quatre mètres chacun, un neuf et les autres d'usure différente 25,00
Trois petits essuie-mains en mauvais état 1,50
Deux nappes en mauvais état 1,00
Six morceaux de vieux linges propres seulement de la drapille 0,20
Dix neuf chemises de femme en grosse toile 35,00
Dix neuf chemises d'hommes dont quatorze en mauvais état 40,00
Deux paniers en assez bon état en clisse et servant à mettre des coiffes 1,50
Un paquet de coiffes 5,00
Quatre habillements complets à l'usage de la veuve Demay, généralement en bon état ; un de ces habillements est en petit drap noir, un autre en serge bleu de pays, une autre en droguet bleu et un autre en orléanse grise, six tabliers en étoffe de couleur différentes, cinq cotillons ou jupons de dessous, une cape en petit cuir lainé, cinq mouchoirs de cou 90,00
Neuf pantalons d'étoffe différente, quatre gilets, trois blouses bleues, deux petites cravates, un foulard 17,25
Un paquet de nippes 0,75
Une cape en serge noire presque usée 2,00
Un lit composé de son bois à quenouilles, sans ciel, une paillasse en toile rousse, une couette en coutil coton à grandes raies bleues et blancs, un traversin en coutil coton, contenant quatorze kilogrammes de plumes mêlées, une couverture en droguet bleu, tours et rideaux en coton bleu de ciel 60,00
Un autre lit avec son bois à quenouilles, sans ciel ni paillasse, deux couettes en coutil coton, un traversin, et deux oreillers en plume mêlée, une couverture en droguet bleu et tours et rideau en ras jaune 90,00
Deux mauvais pots, une chaudière en fonte 1,50
Un vieux coffre ferré fermant à clef 6,00
Quatre chaises en bois blanc, un banc en bois de deux mètres de longueur 1,50
Une grande huche (maie) à pétrir 5,00
Deux paniers, l'un en bois et l'autre en clisse (lamelles de chataignier fendu) 1,50
Un chaudron 0,75
Une bâche à carriole en toile rousse 6,00
Une limousine 1,00
Une serpe à tailler 1,50
Trois fûts de barrique, un tierçon en chataigner et liés en bois 30,00
Une ponne felée (ponne à lessive ou bujhée), en terre, sa souche en bois 2,00
Trois jardes ou palissons (tressés en paille) 0,50
Un petit meuble en bois blanc, un mauvais charnier (vase dans lequel on conservait le lard et la viande dans le sel) en bois (il en existait en terre) 1,50
Une poêle presque usée 0,50
Un stère de bois de feu 4,00
Deux hectolitres de pommes de terre 8,00
Deux kilos de graines de luzerne 0,75
Vingt quatre doubles décalitres de froment (blé) 91,00
Un hectolitre de baillarge 12,00
Cinquante litres d'avoine 5,00
Un hectolitre de noix 7,00
Un double décalitre de méteil 3,00
Deux jattes en paille, une bourole (sorte de bonbonne ventrue contenant du blé ou des fruits secs) en paille 1,00
Trois litres de prunes melées (pruneaux sèchés) 2,00
Deux faucilles  1,00
Un vieux chaudron 0,50
Un tas de ferraille ne méritant pas description 2,00
Douze mauvais sacs 10,00
Trois échelles en bois de châtaigner, une de quatorze rolons, une de onze, une de huit 5,00
Une cuve en bois de châtaigner et liée en bois 6,00
Une vielle barrique sans fond 0,50
Un table à quatre pieds, ayant un tiroir en bout 3,00
Un fléau à battre, une scie à main, un coudre, un couteau à deux manches, deux serpes, un tran, deux pics, une fourche en fer à trois doigts, une pelle en fer à râcler, un sermon, une piarde, un marteau à maçonner, deux guignettes 12,00
Deux anciennes mesures dites boisseaux 1,00
Un harnais de limon 30,00
Une vielle corde à puiser, une corde de charrette 3,00
Quinze mètres cubes de foin de luzerne de coupe différentes 112,50
Un mulet âgé de quinze à dix-huit mois, poil marron 150,00
Un seau long en bois 1,00
Une carriole à chevaux 50,00
Une paire de ruelle à labour, un versoir, un fer de charrue 12,00
Deux cent cinquante kilos de paille de froment 15,00
Cent fagots d'espèces différentes 15,00
Un tas de pelons de châtaigne 4,00
Un tas de gros bois de feu 12,00
Un timbre (bassie pour faire boire les animaux) en pierre de cinquante litres environ 5,00
Un petit cochon 1,00
Une chèvre 3,00
Deux brebis 16,00
Un tas de fumier de huit mètres cubes 40,00
Total en francs 1.156,95
   
Au décès de Frédéric Demay, reste à régler :  
A  Pierre Legrand de la Place pour prêt   50,00
A  François Michelet de la Place pour même cause 250,00
A Suraud de Grosbout (La Forêt-de-Tessé) 40,00
A  Rousselot (dit Chambre) de Chez Bertrand (La Forêt-de-Tessé) pour réparation de charrette 12,00
A M. Dupont docteur médecin à Sauzé pour deux visites (non évaluées encore)  
A M. Lagarde pharmacien à Sauzé pour deux visites ( non évaluées encore)  
A Pierre Suraud marchand mercier à la Place pour fourniture de marchandises diverses 6,15
A  M.  Paris notaire pour acte 14,82
A  François Brunet pour ouvrages 7,00
A Beau, charpentier à la Place, pour ouvrage de son état 4,75
A Machet maçon à la Jarge pour ouvrage de son état (non évaluées encore)  
A Thomas fabricant de chaux au Breuil-Coiffaut (commune de Hanc) pour achat de deux hectolitres de chaux ( non évalués )  
Total des dettes en francs 492,22

Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site